Négociation de son rachat de crédit : la procédure à suivre

Pour faire baisser ses mensualités ou le coût de ses crédits, un emprunteur peut faire racheter son prêt. Il doit dans ce cas négocier le rachat de crédit avec la banque ou l’organisme de prêt. Pour cela, il existe plusieurs leviers.


Qu’entend-on par rachat de prêt et pourquoi opter pour une telle opération ?


Le rachat de crédit consiste dans le regroupement d’au moins deux prêts. Dans le cas d’un rachat total (tous les prêts en cours sont rachetés par la banque), l’emprunteur n’a ainsi plus qu’un seul crédit à gérer, à taux unique. Cette opération lui permet de bénéficier d’un taux d’emprunt global plus avantageux et, parfois, de réduire le montant total du financement.

Négocier un rachat de crédit permet de voir deux principaux scénarios se dessiner :

  • Soit les mensualités sont revues à la baisse : la durée de remboursement est alors allongée et l’emprunteur gagne en pouvoir d’achat ;
  • Soit les mensualités sont revues à la hausse : dans ce cas, la durée de remboursement est au contraire réduite, mais le crédit est remboursé plus rapidement.

Attention cependant… Une durée de remboursement fortement allongée peut être synonyme de montant total plus élevé.

Bon à savoir : possibilité d’obtenir une trésorerie supplémentaire

Sous réserve d’accord de la banque, et après étude de son dossier, l’emprunteur peut adosser un nouveau prêt à son regroupement de crédits.

Il est possible de faire racheter ses différents prêts auprès de la banque dans laquelle l’un des prêts a été souscrit, ou bien alors auprès d’une banque extérieure. Dans le cas où l’emprunteur a déjà réalisé un premier rachat, on parle plutôt de renégociation.


Quels sont les différents types de regroupement de crédit ?


Ce type d’opération financière se décline sous trois formes :

  • Rachat ou renégociation de crédit à la consommation ;
  • Rachat ou renégociation de crédit immobilier ;
  • Rachat ou renégociation de crédit hypothécaire.

Dans le premier cas, tous les crédits à la consommation et les dettes peuvent être inscrits au dossier, à l’exception de certaines dettes professionnelles (retards de paiement à l’URSSAF et sur la T.V.A.). Le rachat ou la renégociation de crédit immobilier et de crédit hypothécaire concernent, pour leur part, au minimum un crédit immobilier et un crédit à la consommation. La différence entre les deux ? Pour un rachat de crédit immobilier, l’emprunteur peut assurer le financement via diverses garanties (assurance emprunteur, assurance-vie, cautionnement…). Concernant le regroupement de prêts hypothécaires, l’emprunteur garantit l’opération en hypothéquant un bien immobilier. Cela signifie qu’en cas de défaut de remboursement de sa part, la banque peut saisir le bien et le vendre aux enchères pour récupérer le montant total du prêt, ou celui restant dû si des mensualités ont déjà été versées.


Rachat de crédit : sur quoi faut-il être attentif avant de tenter une négociation ?


Négocier un rachat de prêt auprès d’une banque ne s’improvise pas. Il faut d’abord bien préparer son dossier, apporter les garanties de sa stabilité financière (revenus, relevés bancaires) et ne pas hésiter à faire jouer la concurrence. Pour bien négocier, il faut être bien informé. Ainsi l’emprunteur connaît les possibilités qui s’offrent à lui chez les différents prêteurs et peut en jouer pour faire basculer la négociation en sa faveur. Comme il n’est pas toujours simple pour un particulier de négocier, il peut faire appel à un courtier qui maîtrise davantage les leviers de la négociation.

La mission du courtier ? Faire une étude approfondie de votre dossier de regroupement puis, au vu de votre profil, négocier votre rachat de crédit dans les meilleures conditions. Pour ce faire, le courtier active son réseau de partenaires financiers (société de crédit, banque, etc.). En faisant appel à un courtier, l’emprunteur peut non seulement faire racheter ses crédits à taux bonifié, mais aussi obtenir d’autres avantages.


Sur la base de quels éléments peut-on (re)négocier son rachat de crédit ?


Dans le cadre d’une négociation ou d’une renégociation, l’emprunteur dispose de plusieurs moyens pour porter une opération de regroupement de crédits à son avantage. Outre la durée du prêt, qui peut être allongée ou raccourcie, découvrez les autres aspects à prendre en compte pour bien (re)négocier un rachat de crédit.

Négocier ou renégocier le taux du rachat de crédit

Que votre dossier concerne des prêts de type immobilier et consommation, ou simplement des prêts consommation, le taux du regroupement est l’un des premiers points de la négociation. C’est souvent en cas de baisse des taux d’intérêt du marché qu’un rachat de prêt est envisagé. C’est ainsi que depuis quelques années, les emprunteurs en profitent pour négocier leur rachat de crédit immobilier, les taux affichés sur ce produit financier étant historiquement bas. Il faut donc bien connaître ce qui se pratique au moment du rachat pour négocier le taux le plus intéressant.

Si votre taux de prêt immobilier est aujourd’hui (début juillet 2020) supérieur à 1 % hors frais de dossier et assurance, vous avez tout intérêt à le faire racheter ou à le renégocier ! Cela vaut pour une durée de remboursement courte à moyenne (7 à 15 ans). Au-delà de cette durée (du moins, pour les crédits s’étalant sur 20 ou 25 ans), les meilleurs taux de crédit immobilier dépassent à peine les 1 %. Une fois encore, il est important de faire jouer la concurrence. Mais le taux n’est pas la partie la plus simple de la négociation.

Négocier ou renégocier les frais de dossier du rachat de crédit

Ce point, souvent négligé, est pourtant essentiel : c’est là qu’une grande partie de la négociation peut se faire, surtout pour le regroupement de prêts à la consommation. Les frais de dossiers font partie des points négociables et peuvent permettre de baisser considérablement le coût du crédit.

Négocier ou renégocier l’assurance du rachat de crédit

Souvent, la banque incite très fortement l’emprunteur à souscrire une assurance de crédit. Mais l’assurance proposée par la banque n’est pas nécessairement la plus intéressante financièrement et ne prend pas toujours en compte le profil de l’emprunteur. Il est alors possible de faire appel à une assurance externe. C’est ce que l’on appelle la délégation d’assurance. Au moment de négocier son rachat de crédit, l’emprunteur pourra alors diminuer le montant total de l’opération. La banque ne peut pas s’opposer à ce que l’emprunteur opte pour une assurance externe, et est même dans l’obligation de lui présenter ce choix. À noter toutefois que cette option ne peut être levée que si l’assurance emprunteur présente des garanties équivalentes à celles proposées par la banque.

Négocier ou renégocier les indemnités de remboursement anticipé

L’emprunteur peut également négocier les indemnités en cas de remboursement anticipé. Ces fameuses indemnités accompagnent bien souvent un contrat de prêt, tous établissements de crédit confondus (banque, organisme de crédit…). En n’appliquant aucune pénalité — quels que soient le montant total du crédit, la durée de remboursement et le moment où l’emprunteur rembourse son prêt par anticipation — Younited Credit est l’exception qui confirme la règle !

Négocier un rachat de crédit peut être particulièrement chronophage pour l’emprunteur. Comme évoqué, n’oubliez pas que vous pouvez vous décharger de cette tâche en ayant recours à un courtier spécialisé. Pour ce type d’opération financière, sa rémunération se monte en moyenne à 5 % du montant du financement dès lors que vous acceptez la proposition qu’il vous aura faite. Dans le cas contraire, vous n’aurez rien à payer. C’est toujours bon à savoir !


Ce qu’il faut retenir pour bien renégocier/négocier son rachat de crédit :

  • S’assurer d’avoir un dossier bien ficelé et une situation financière stable.
  • Faire jouer la concurrence en comparant notamment le taux d’emprunt, le taux d’assurance, les frais de dossier et les éventuelles pénalités de remboursement anticipé.
  • Pour mener à bien l’opération, ne pas hésiter à faire appel à un courtier.