Rachat de crédit et FICP : qu’en est-il ?

Locataires, propriétaires, professionnels et particuliers : le rachat ou regroupement de crédits s’adresse à tout le monde. Dans la pratique, cette procédure concerne principalement les ménages et personnes, endettés ou en situation de surendettement, qui souhaitent retrouver du pouvoir d’achat. Dans certains cas pourtant, il n’est pas possible d’effectuer une opération de rachat de crédit ; il faut alors se tourner vers d’autres solutions. C’est notamment le cas lorsque le demandeur souhaite faire un rachat de crédit en étant inscrit au FICP (fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers). Quoiqu’en pareille situation, il existe un moyen de convaincre la banque… Détails et informations à suivre.


À qui profite le rachat de crédit ?


Si toutes les catégories socio-professionnelles de la population peuvent accéder aux avantages que procure le rachat de crédit, dans la majorité des cas ce dispositif concerne :

  • Les ménages ou personnes en situation de surendettement (au-delà de 35 % de leurs revenus). L’opération de rachat de crédit permet alors de maintenir leur solvabilité, sans encourir le risque de pénalités ou de poursuites judiciaires. Mais elle doit être effectuée avant une trop importante dégradation de leur situation financière.
  • Les ménages ou personnes endettés, de manière raisonnable, qui souhaitent simplifier la gestion de leurs emprunts et retrouver du pouvoir d’achat. En réunissant tous leurs crédits en un seul et en allongeant la durée de leur emprunt, ils peuvent bénéficier d’une baisse de leurs mensualités allant jusqu’à 60 %.
  • Les ménages ou personnes qui souhaitent renégocier le taux de leurs prêts immobiliers suite à la baisse du taux d’emprunt du marché. Typiquement, cela concerne les personnes ayant souscrit un emprunt immobilier quand les taux étaient supérieurs à ceux d’aujourd’hui. Un rachat de crédit est un bon moyen dans ce cas de faire baisser le coût total d’un emprunt immobilier.

Dans quels cas le rachat de crédit est impossible ?


Il existe des situations où le rachat de crédit n’est pas une option possible, c’est le cas pour :

  • Les personnes inscrites dans le fichier des incidents de paiement par carte bancaire ou chèque (FCC) ;
  • Les personnes en situation de surendettement trop importante. Dans ce cas, il vaut mieux s’orienter vers une procédure judiciaire de surendettement.


Pour les personnes inscrites dans le fichier de la Banque de France des incidents de paiement de crédit (FICP), le regroupement de crédits reste une possibilité, mais seulement sous certaines conditions.

À noter : qu’est-ce que le FICP exactement ?
Le fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers est un registre dans lequel sont répertoriés les emprunteurs ayant failli à leurs obligations de remboursement de prêt. Dès lors que deux mensualités sont impayées, et si une régularisation n’intervient pas sous 30 jours, le fichage de l’emprunteur est automatique. Le FICP est géré par la Banque de France.


Comment combiner rachat de crédit et FICP ?


Un emprunteur inscrit au FICP représente un risque important pour la banque. Pour autant, en l’existence de garanties solides, cette dernière ne sera pas forcément fermée face à sa demande de regroupement de prêts. Et l’une des meilleures garanties qu’un emprunteur en situation de surendettement peut apporter à un établissement bancaire reste l’hypothèque ! On parle dans ce cas de rachat de crédit hypothécaire. L’emprunteur propriétaire peut hypothéquer son bien immobilier même si le crédit court encore et qu’il est inclus dans le regroupement. Dans le même temps, cela permet à l’emprunteur de mieux négocier son taux de rachat. Toutes les banques ne proposent pas le rachat de crédit FICP, mais certaines font de ce type d’opération leur spécialité.


Rachat de crédit FICP : comment ça fonctionne ?


Le principe du rachat de crédit FICP est identique à celui d’un regroupement de prêts classique
. L’établissement bancaire rachète tous les prêts que l’emprunteur a à son actif (prêt immobilier, crédit conso et autres dettes, comme les dettes privées ou les factures impayées). Ce rachat donne lieu à un nouveau et unique crédit aux mensualités allégées, les anciens crédits et dettes faisant l’objet d’un rééchelonnement une fois réunis. Finies donc les mensualités diverses et variées ! L’emprunteur n’a plus qu’un seul prélèvement bancaire chaque mois, ce qui simplifie grandement la gestion de ses finances. L’opération est d’autant plus intéressante si le taux de regroupement est inférieur au taux moyen des anciens prêts.


Après un rachat de crédit FICP, terminé le fichage à la Banque de France ?


Oui, en effet ! Un rachat de crédit FICP permet de lever le fichage à la Banque de France dans la mesure où les dettes seront normalement couvertes par l’opération. Une trésorerie supplémentaire peut cependant parfois s’avérer nécessaire. Mais attention, ceci est surtout valable en cas de regroupement total. La banque peut faire le choix de ne racheter qu’une partie des dettes de l’emprunteur… Dans ce cas, le fichage ne sera levé qu’une fois sa situation parfaitement rétablie, ce qui peut être plus ou moins long. Entre-temps, si l’emprunteur justifie d’une nette amélioration de ses finances, il peut tout à fait faire une nouvelle demande de regroupement total. La banque réétudiera alors la situation.


Être inscrit au
fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers n’est pas une fatalité. À l’heure où les taux de crédit sont au plus bas (surtout du côté de l’immobilier), l’emprunteur au bord de la situation de surendettement a tout à gagner en faisant un rachat de crédit FICP. Mais vous l’aurez compris, l’opération est envisageable en particulier si vous êtes propriétaire et avez donc un bien immobilier à mettre en hypothèque.


Les points-clés à retenir sur le rachat de crédit FICP :

  • Un fichage au FICP n’empêche pas forcément l’emprunteur de prétendre au regroupement de prêts.
  • Ce dernier est automatiquement rayé du fichier, mais seulement si la banque lui accorde un rachat total (+ éventuellement une trésorerie) lui permettant d’effacer toutes ses dettes.
  • L’opération est similaire à un regroupement classique (rééchelonnement des dettes, mensualités allégées, taux recalculé).