Une baignoire pour votre salle de bains : coût et conseils d’installation

Envie de remplacer votre baignoire vieillotte, voire carrément de troquer votre douche contre un joli et spacieux îlot, par exemple ? Question confort, c’est sûr, il n’y a pas photo ! En fonction du modèle, de l’habillage et du niveau de qualité, les prix peuvent aller d’une centaine d’euros à une vingtaine de milliers d’euros, voire plus. Pour faire des économies, beaucoup préfèrent alors se passer de main-d’œuvre et font le choix de réaliser l’installation de leur baignoire eux-mêmes. Seulement, comment mener à bien la pose de sa baignoire ?


Quels sont les prix moyens des baignoires ?


Dans un précédent article traitant des travaux de rénovation de la salle de bains, que nous vous invitons par ailleurs à consulter, nous vous exposions brièvement les tarifs des baignoires de type sabot, angle et balnéo. Nous avons pu voir que, quel que soit le type de baignoire, les tranches de prix sont très larges, ce dernier dépendant principalement du matériau la composant. Le type d’habillage joue également. Vous pouvez par exemple opter pour un habillage en bois massif ou contreplaqué, en carrelage ou encore en acrylique. Pour la baignoire îlot, qui est l’une des plus tendance, le constat est sans surprise le même. Pour ce type de baignoire, il faut compter un prix de départ aux alentours de 300 euros, et jusqu’à 2 000 euros et plus, notamment pour les baignoires îlot faisant balnéo.

Pour rappel, l’installation d’une baignoire îlot ne se fait pas contre un mur : cette baignoire, dépourvue de tablier, est conçue pour trôner au beau milieu de la salle de bains ! C’est en partie ce qui fait son charme et son originalité. La baignoire îlot peut être posée à même le sol, ou bien surélevée. Cette hauteur, somme toute relative, peut par exemple être apportée par des pieds en pattes de lion, pour insuffler à la pièce d’eau un certain cachet. La baignoire îlot se décline même en bois. Rien de tel pour réchauffer l’atmosphère ! Rassurez-vous, le bois est préalablement traité pour résister à toute épreuve (l’eau, notamment !). Parmi les essences de bois disponibles, l’acacia, l’hinoki ou encore le teck. À vous de choisir ! À moins que vous ne craquiez pour la fonte, résolument rétro ?

À noter : et pour ce qui est du coût de la pose ?
Selon l’étendue et la complexité des travaux, le coût de la pose d’une baignoire varie globalement entre une centaine et un millier d’euros. Faire l’impasse sur la main-d’œuvre est donc loin d’être superflu dans certains cas.

Quel que soit le modèle qui vous donne envie, des devis s’imposent (au moins trois) afin de comparer le coût global de la transformation !


Pose de baignoire : quelles sont les différentes étapes ?


Tout dépend, là encore, de l’ampleur de la tâche. Si vous comptez mettre une baignoire à la place de celle existante dans votre salle de bain, la pose ne nécessitera pas d’engager d’importants travaux. Surtout si le type de la nouvelle baignoire se rapproche de l’ancien. Par contre, s’il s’agit de poser une baignoire à la place d’une douche, ou encore si vous changez votre point d’eau de place, il sera nécessaire de tirer de nouvelles arrivées et évacuations d’eau, de remplacer du carrelage, voire de rhabiller le sol. Étape par étape, voyons comment assurer la pose d’une baignoire dans le cas de figure le plus simple.

1 — Le positionnement de la baignoire

Mises à part les baignoires de type îlot (et sauf modèles surélevés par rapport au sol pour une raison purement esthétique), toutes les autres baignoires reposent à la fois sur des pieds et des tasseaux. Commencez donc par fixer les premiers à la baignoire, installez cette dernière à l’endroit de la pièce souhaité et prenez-la comme repère pour fixer ensuite les tasseaux aux murs.

Bon à savoir : un monte-meuble peut s’avérer nécessaire
Cela va dépendre du poids de la baignoire (la fonte est particulièrement lourde, l’acrylique beaucoup moins, par exemple), de la configuration de votre logement et de l’emplacement de votre salle de bains. Le cas échéant, pensez à anticiper ! Côté prix, il faut prévoir une centaine d’euros pour une heure de location, technicien compris. Là encore, n’hésitez pas à faire établir plusieurs devis.

2 — Le raccordement des éléments de plomberie/robinetterie

À l’aide de la notice d’installation, montez et assemblez la bonde ainsi que le trop-plein, puis posez le joint sur la bonde avant de visser la grille d’écoulement. Placez le joint sur le siphon, vissez-le à la bonde et serrez la bague. Positionnez le joint sur le trop-plein et placez ce dernier sur la baignoire. Après avoir vissé la commande et clipsé le bouton de vidage, raccordez le flexible entre le trop-plein et la bonde. Raccordez enfin le siphon à la bonde et à l’évacuation des eaux usées (présente au niveau du mur ou du sol, selon les cas). Faites un essai en activant le mitigeur pour vous assurer de la bonne étanchéité de l’installation. À noter que comparé au mitigeur manuel, le mitigeur thermostatique vous assure confort, sécurité et économies d’énergie. Un coût à l’achat plus élevé, certes, mais la rentabilité est rapidement atteinte avec ce type d’équipement.

3 — La fixation de la baignoire

Si tout est bon, sortez la baignoire de son logement, encollez généreusement le dessus des tasseaux à l’aide de colle silicone, puis repositionnez-la. La voici définitivement fixée.

4 — La pose du tablier (habillage)

Positionnez les deux pieds de maintien sous la lèvre de la baignoire et vissez-les au sol à l’aide de chevilles adaptées à sa nature (carrelage, parquet…) pour ne pas l’abîmer. Placez le tablier pour repérer sa position et, en fonction, installez deux petits tasseaux au mur (un en hauteur, l’autre en bas) afin de le bloquer. Replacez le tablier et vissez-le, en n’oubliant pas de placer les cache-vis.

5 — Le jointage

Pour finaliser la pose de votre baignoire, il est nécessaire de l’étanchéifier. Pour ce faire, appliquez du joint silicone sur tout le pourtour en contact avec le mur. Aussitôt, lissez-le avec votre doigt préalablement trempé dans de l’eau savonneuse afin d’obtenir une finition parfaite. Attention, ne prenez de douche ou de bain qu’une fois la colle et le cordon de joint parfaitement secs !


Carrelage, plomberie : l’un m’est familier, l’autre non, comment faire ?


Les travaux de plomberie ou robinetterie basiques comme ceux évoqués ci-dessus sont relativement accessibles. En revanche, si comme évoqué plus haut, il est question de retoucher à la plomberie (tuyauterie, canalisations…) en raison d’un changement d’emplacement de baignoire, en vue d’un remplacement de douche par une baignoire et/ou d’une mise aux normes, mieux vaut être expert en la matière. Si tel n’est pas le cas, ne vous lancez pas seul : confiez ces travaux à quelqu’un qui en a les compétences, quitte à revoir le prix de pose de votre baignoire à la hausse. Les travaux de plomberie ne laissent pas place à l’approximation. Il en va de même pour la pose de carrelage ou tout autre poste pour lequel vous manquez d’expérience. Si malgré toute votre bonne volonté, il venait à y avoir des malfaçons, cela vous coûterait beaucoup, beaucoup plus cher, car il faudra tout rattraper !

Alors, prêt à engager les travaux pour sublimer votre salle de bains et passer des instants de délassement bien mérités ? En soi, la pose d’une baignoire n’a rien de bien sorcier, pourvu que vous soyez suffisamment bricoleur(se). N’hésitez pas à vous aider de tutoriels sur Internet (les images sont plus parlantes), ni même à demander conseil sur des sites communautaires spécialisés.


Les points-clés à retenir pour réussir la pose de sa baignoire :

  • Lister les travaux nécessaires et s’assurer d’avoir les compétences nécessaires pour chacun d’entre eux.
  • Dans le doute (en particulier pour le carrelage et la plomberie), mieux vaut faire appel à des professionnels, qui prendront en charge les travaux d’installation concernés.
  • Ne pas négliger l’utilité d’un porte-meuble pour amener la baignoire dans la pièce.