Primo-accédant ? Nos conseils pour bien préparer votre premier achat immobilier

Accéder à la propriété est le rêve de nombreux Français. Vous envisagez vous-même d’acquérir votre toute première résidence principale et pensez tout naturellement à contracter un crédit immobilier pour la financer ? Décrocher un prêt immobilier en tant que primo-accédant est possible. La décision de la banque va toutefois reposer sur un élément essentiel : votre dossier. Voici comment mener à bien votre premier achat immobilier.


Qu’appelle-t-on primo-accédant ?


Un primo-accédant peut être :

  • une personne qui réalise l’achat d’un logement pour la première fois ;
  • une personne qui n’a pas été propriétaire de sa résidence principale au cours des 2 années précédant sa demande de crédit immobilier.

Dans ce dernier cas, la personne est passée de propriétaire à locataire de sa résidence principale. Si, en parallèle, elle est propriétaire d’une résidence secondaire qu’elle met en location, elle est toujours considérée comme primo-accédant.


Prêt immobilier primo-accédant : sur quels critères se basent les banques ?


Les critères étudiés par la banque dans le cadre d’un prêt immobilier primo-accédant sont les mêmes que pour une personne qui n’accéderait pas à la propriété pour la première fois. Pour avoir les meilleures chances d’obtenir son accord, votre dossier devra notamment montrer :

  • que vous êtes un bon gestionnaire (pas d’incident de paiement ni de découverts) ;
  • que vous avez une situation professionnelle stable ;
  • que votre taux d’endettement n’est pas trop élevé par rapport à vos revenus.


Bon à savoir : le rachat de crédits, une solution
Si vous possédez déjà un crédit immobilier ou consommation, le rachat de crédits est un moyen efficace de baisser votre taux d’endettement.

La présence d’épargne est également un plus. Même une épargne minime chaque mois montrera que vous savez gérer votre budget. Si celle-ci est suffisamment importante, elle pourra servir d’apport. Car il faut le savoir : pour se rassurer, de nombreuses banques exigent que l’emprunteur ait un apport personnel équivalent à environ 10 % du prêt immobilier sollicité. Pour un premier achat immobilier de 200 000 €, par exemple, vous devrez être capable de fournir 20 000 €. Ce montant servira à payer tous les frais annexes de votre achat immobilier, tels que les frais de notaire et les frais d’agence. Un apport facilite également la négociation du taux de prêt immobilier.


Si je n’ai pas d’apport personnel, mon crédit immobilier sera donc refusé ?


Non, pas nécessairement. Certains organismes de financement font preuve de souplesse, d’autant plus lorsqu’ils ont affaire à un jeune primo-accédant. Ils comprennent qu’au début d’une vie professionnelle, mettre d’argent de côté est compliqué, mais que cette situation est amenée à évoluer dans le temps. Cela ne veut toutefois pas dire que votre demande de prêt immobilier primo-accédant sera automatiquement acceptée. Lorsqu’elle étudiera votre dossier, la banque se montrera encore plus pointilleuse au regard de votre situation, de vos revenus, etc.


En tant que primo-accédant, ai-je droit au PTZ ?


C’est une très bonne question ! Le PTZ (prêt à taux zéro) est justement pensé pour faciliter l’accès à la propriété, dans le neuf comme dans l’ancien. Si vous êtes primo-accédant et que vos revenus annuels ne dépassent pas un certain plafond, vous pouvez y avoir droit. Le cas échéant, cela vous permettra d’appuyer votre demande auprès des banques, mais aussi de négocier le taux de prêt immobilier, puisque le PTZ peut tout à fait se substituer à un apport.

D’autre part, cette solution de financement est constituée d’une première période dite de différé (5 à 15 ans), durant laquelle vous ne remboursez rien. Cela vous laisse donc le temps de vous constituer une épargne. Pour la banque, c’est un point positif.


Quel est le montant maximum du PTZ ?


Le montant du PTZ dépend à la fois de la localisation de votre future résidence principale et du nombre de personnes qui vont l’habiter. En zone A et A bis, par exemple, le montant maximum du PTZ est fixé à 150 000, 210 000, 255 000, 300 000 ou 345 000 € selon que le logement est habité par 1, 2, 3, 4 ou 5 personnes et plus. Pour connaître la zone dans laquelle se situe votre futur logement, Younited Credit vous invite à utiliser le simulateur mis en place par le site officiel de l’administration française.

À noter : changement majeur à l’horizon 2020
En zones A, A bis et B1, seuls les logements neufs seront encore éligibles au PTZ. À l’inverse, en zones B2 et C, le PTZ ne concernera plus que les logements anciens.


Je suis en zone A et nous sommes 4, j’ai donc droit à un PTZ de 300 000 € ?


Non, c’est un peu plus complexe que cela. Avec un PTZ, vous pouvez financer 40 % de votre achat immobilier au maximum. Le montant maximum du PTZ sert simplement de base de calcul. Le montant réel auquel vous avez droit va dépendre du prix d’achat du logement :

  • Si celui-ci est inférieur à 300 000 € (250 000 €, par exemple), vous aurez droit à : 250 000 x 40 % = 100 000 €.
  • S’il est supérieur à 300 000 €, votre PTZ sera de : 300 000 x 40 % = 120 000 €.


Lorsqu’il est question d’un premier achat immobilier, nombreux sont les ménages n’étant pas suffisamment préparés ni informés. Désormais, vous savez comment mettre toutes les chances de votre côté pour obtenir votre prêt immobilier primo-accédant. Les cartes sont entre vos mains !


Prêt immobilier primo-accédant : ce qu’il faut retenir

  • Avoir un bon dossier est essentiel.
  • L’absence d’apport n’est pas forcément rédhibitoire.
  • L’éligibilité au PTZ est un réel atout.