Précarité financière : le micro crédit social, une aide précieuse pour les plus démunis

Le microcrédit social, encore appelé microcrédit personnel, est pensé pour améliorer les conditions de vie des individus ne pouvant accéder au prêt bancaire classique. Sur quels principes repose-t-il ? Qui peut y prétendre ? À qui s'adresser ? Younited Credit, pionnier sur le marché du crédit en ligne aux particuliers en France, vous dit tout sur ce dispositif.


Microcrédit social : décodage


Le micro crédit social est une forme de prêt personnel. Partiellement garanti par l'État et l'organisme prêteur, son taux d'intérêt est réduit. Ce crédit est réservé aux personnes exclues du circuit bancaire traditionnel en raison d'une situation professionnelle fragile ou de revenus modestes. En effet, en cas de difficultés financières, une demande de crédit bancaire fait bien souvent l'objet d'un refus. L'absence de garant est un motif d'exclusion supplémentaire.

Le microcrédit personnel peut par exemple concerner :

  • les personnes en CDD ou en intérim ;
  • les personnes exerçant un emploi saisonnier ou un emploi à temps partiel ;
  • les personnes sans emploi ;
  • les retraités ;
  • les personnes allocutaires de minima sociaux ;
  • les personnes victimes d'un accident de la vie (sinistre, maladie...) ;
  • les personnes inscrites au Fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP), qui ne peuvent contracter un nouveau prêt bancaire ;
  • les personnes inscrites au FCC (Fichier central des chèques).

Le remboursement d'un tel prêt peut se faire sur une durée de 6 mois à 4 ans, voire 5 ans dans certaines situations. Dans tous les cas, la capacité de remboursement doit être suffisante pour que le dossier de prêt soit accepté.


Un microcrédit, pour quel taux et pour quel montant maximum ?


Le microcrédit social est un prêt de faible montant. Ce dernier est adapté à la situation de l'emprunteur. Il est généralement compris entre 300 et 5 000 €. Toutefois, dans certains cas, la banque peut accorder un microcrédit pour un montant supérieur. Quant au taux d'emprunt, il est le plus souvent de l'ordre de 1,5 à 4 %.

À noter : quels autres frais pour un microcrédit ?
En dehors du taux d'emprunt, le microcrédit personnel ne s'accompagne d'aucuns frais. Il n'y a pas de frais de dossier ni de frais d'assurance ni même d'indemnités en cas de remboursement anticipé.


Quel projet puis-je financer grâce au microcrédit social ?


Le microcrédit social ne peut servir à financer n'importe quel type de projet. L'objectif de ce dispositif est de favoriser l'inclusion bancaire, mais aussi et surtout d'encourager l'insertion sociale, l'insertion professionnelle, et d'améliorer la vie de famille. Pour être éligible au microcrédit, le demandeur doit avoir un projet personnel en rapport avec cela.

Ainsi, ce crédit pourra entre autres être utilisé :

  • à des fins de mobilité pour le maintien, le retour ou l'accès à l'emploi (achat ou réparation de véhicule, financement du permis de conduire, notamment) ;
  • pour financer l'équipement de première nécessité (lave-linge, meubles, etc.) ;
  • pour couvrir des frais d'obsèques ;
  • pour financer des frais de santé mal remboursés (prothèses dentaires, appareils auditifs, lunettes de vue...) ;
  • pour financer des études ;
  • pour financer une formation professionnelle.

Bon à savoir : quelle différence avec le microcrédit professionnel ?
Le microcrédit professionnel ne s'adresse pas aux particuliers. Il est destiné à financer un projet de création ou de reprise d'entreprise.

Par contre, le remboursement d'autres prêts et le rachat de dettes font partie des exclusions


À qui m'adresser pour faire une demande de microcrédit social ?


Pour faire votre demande de micro crédit social, vous ne devez pas vous adresser directement à une banque, mais à un réseau d'accompagnement social. Ce dernier agira alors comme intermédiaire. Il étudiera votre projet, puis vous aidera à monter votre dossier avant de le soumettre à une banque agréée.

On recense de nombreux réseaux d'accompagnement social. Vous pouvez par exemple vous tourner vers :

  • un centre communal d'action sociale (CCAS) ;
  • une association à vocation sociale (Restos du cœur, Croix-Rouge...) ;
  • une régie de quartier ;
  • une maison de l'emploi ;
  • une association d’insertion ou de lutte contre l’exclusion, comme la Mission locale ou le Plan local pour l'insertion et l'emploi (PLIE).

Accès, maintien ou retour à l'emploi, financement de soins de santé ou d'une formation professionnelle... Le micro crédit social répond à de nombreux cas de figure. Afin d'éviter les contraintes administratives, le demandeur est en priorité orienté vers sa banque. Si celle-ci refuse, les partenariats ne manquent pas pour augmenter ses chances d'obtenir un micro crédit personnel. Ainsi, une large majorité de demandes se voient acceptées.


Les trois points-clés à retenir sur le microcrédit social

  • À différencier du microcrédit professionnel, ce dispositif vise à optimiser le niveau de vie des particuliers n'ayant pas accès au crédit bancaire par voie classique (montant : 300 à 5 000 €, voire davantage dans certains cas).
  • C'est une forme de prêt personnel à taux réduit (1,5 à 4 % en règle générale), sans autres frais (ni frais de dossier ni frais d'assurance ni indemnités en cas de remboursement anticipé).
  • La demande se fait non pas auprès d'une banque, mais auprès d'un réseau d'accompagnement social, qui sert d'intermédiaire : maison de l'emploi, association à vocation sociale, centre communal d'action sociale (CCAS), etc.