Tout savoir à propos des travaux de réfection

Dans le domaine de l’immobilier, on parle de travaux de réfection lorsqu’il est question de rénover un bâtiment. Cette opération peut être envisagée dans de nombreux cas de figure et peut aussi bien concerner une maison qu’un appartement, ou bien un immeuble en copropriété. Au travers de ce dossier, découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur le sujet, mais également vers quel mode de financement vous tourner.


Des travaux de réfection, pour rénover quoi exactement ?


Les travaux de réfection, encore appelés travaux de rénovation, consistent à remettre à neuf une ou plusieurs pièces d’un logement existant, ou le bâtiment dans son ensemble. Ils visent à l’amélioration des lieux. De tels travaux peuvent, entre autres, concerner :

  • L’isolation (murs, toiture, combles, sols…) ;
  • La décoration et les finitions intérieures (peintures, revêtements de sol…) ;
  • L’aménagement (pose d’une cuisine intégrée, d’appareils sanitaires type douche ou baignoire, etc.) ;
  • La maçonnerie ;
  • La couverture (toiture, charpente…) ;
  • La plomberie (en vue d’une remise aux normes) ;
  • L’électricité (idem, pour une remise aux normes).


Dans le cadre d’une réfection, de nombreux corps de métier peuvent ainsi être amenés à intervenir. L’ampleur du chantier — et donc le prix des travaux — va notamment dépendre :

  • De l’état actuel du logement ;
  • Des conditions d’accès au logement ;
  • Du type de maison (classique, typique…) ;
  • Du volume des pièces ;
  • Des souhaits des propriétaires, surtout concernant la qualité des matériaux.

Bon à savoir : la localisation de la maison impacte aussi sur le prix
Comme pour les prix d’acquisition, les prix de rénovation d’une maison ou d’un appartement ont tendance à varier d’une ville à l’autre. Si vous projetez d’acheter en vue de rénover, c’est un facteur important à prendre en compte !


Travaux de rénovation : des aides de l’État possibles ?


Tout dépend des travaux de réfection que vous comptez effectuer, mais aussi dans certains cas de vos ressources. Le chèque énergie, par exemple, se destine aux personnes à revenus modestes. Il permet non seulement de payer les factures d’énergie, mais également de financer de nombreux travaux de rénovation (isolation des combles ou encore de la toiture, pose de vitrages isolants, équipements de chauffage spécifiques, calorifugeage…).

Parmi les aides non soumises à des conditions de ressources :

  • le crédit d’impôt pour la transition énergétique (pour les frais d’installation d’équipements de chauffage exploitant une source d’énergie renouvelable ou la dépose d’une cuve à fioul, par exemple) ;
  • l’éco-prêt à taux zéro (pour l’isolation performante des murs ou de la toiture, l’installation d’un chauffage utilisant une source d’énergie renouvelable, entre autres).

À noter : et pour des travaux en copropriété ?
Les mesures du gouvernement en faveur de la transition énergétique ne profitent pas qu’aux particuliers. Si en tant que syndic de copropriété, vous envisagez des travaux de rénovation (au niveau de la toiture, des parties communes…), sachez qu’il est aussi possible d’y prétendre.


Travaux de rénovation : y a-t-il des formalités à accomplir ?


Pour certains travaux de réfection, oui. En effet, si la plupart des travaux à l’intérieur du bâtiment (remise aux normes de la plomberie ou de l’électricité, aménagement…) ne sont soumis à aucune autorisation, il n’en va pas de même pour :

  • les travaux extérieurs (rénovation ou surélévation de toiture, isolation par l’extérieur, ravalement de façade…) ;
  • les extensions.

Avant de mettre le chantier en route, vous devez impérativement vous rapprocher de la mairie de votre ville afin d’obtenir soit une déclaration de travaux, soit un permis de construire, selon la nature de votre projet. Une déclaration de travaux sera également obligatoire pour tout changement d’usage d’un bâtiment (rénover une grange pour la rendre habitable, par exemple), même si vous ne touchez pas à sa structure. Enfin, s’agissant d’une copropriété, il faudra au préalable obtenir l’accord des autres propriétaires si la réfection est amenée à toucher les parties communes.


Quelles possibilités de financement pour mes travaux de réfection ?


Rénover un logement, cela a évidemment un prix. Si comme nous l’avons vu, certaines aides existent, elles suffisent rarement à couvrir l’ensemble des frais, d’autant que toutes sont plafonnées. Pour l’éco-prêt à taux zéro, vous pourrez obtenir au maximum 30 000 €. Et encore, pour prétendre à cette somme, il vous faudra réaliser trois travaux éligibles minimum. Si vous vous concentrez uniquement sur l’isolation, par exemple, la somme maximale empruntable passe à 15 000 €. Pour un gros chantier, cela peut être juste ! En complément des différentes aides auxquelles vous avez droit pour vos travaux de réfection, une solution de crédit spécifique existe : le crédit travaux.


Avec Younited Credit, souscrivez votre crédit travaux en ligne en un temps record, sans passer par la case papier. Chez nous, le digital est roi… et les taux (toujours fixes) aussi ! Jusqu’à 3 000 € d’emprunt, les intérêts pour travaux de réfection seront les plus faibles du marché. Quelle que soit la somme empruntée, bénéficiez également du remboursement anticipé gratuit : le tout, sans frais cachés !


Les points clés à retenir sur les travaux de réfection

  • Ils peuvent se rapporter à de nombreuses opérations (isolation, remise aux normes de l’électricité et de la plomberie, réhabilitation de la toiture…) ;
  • Pour l’extérieur et les extensions, il y a obligation de demander des autorisations ;
  • Les aides financières de l’État doivent bien souvent être complétées par un crédit travaux.