En quoi le prêt personnel peut-il être considéré comme simple et souple ?

Votre Projet
  • Trésorerie
    Trésorerie
  • Véhicule neuf
    Véhicule neuf
  • Véhicule d'occasion
    Véhicule d'occasion
  • Rachat de crédits
    Rachat de crédits
  • Travaux et amélioration de l'habitat
    Travaux et amélioration de l'habitat
  • Autre projet
    Autre projet
Votre Projet
Montant souhaité
En quoi le prêt personnel peut-il être considéré comme simple et souple ?

En quoi le prêt personnel peut-il être considéré comme simple et souple ?

Véritable couteau suisse du crédit à la consommation, le prêt personnel permet à un particulier d’emprunter de l’argent pour acheter un produit ou un service, partir en vacances ou changer de voiture… Bref, vous pouvez faire ce que vous voulez avec un prêt personnel, sauf acheter un bien immobilier. Seule véritable condition : s’engager à rembourser de façon échelonnée dans le temps à la signature du contrat.


Les principales caractéristiques du prêt personnel


À quoi sert-il ?


Le prêt personnel fait partie de la famille des crédits à la consommation. Réservé aux particuliers, il permet d’emprunter jusqu’à 75 000 € pour financer un besoin ponctuel, quel qu’il soit, sauf un bien immobilier. Une fois votre dossier accepté, vous recevez la totalité de la somme empruntée pour en faire ce que vous voulez.

Avec un prêt personnel, vous pouvez partir faire le tour du monde, financer les études à l’étranger de votre enfant, acheter le dernier écran plat à la mode, emmener votre femme en voyage de noces aux Seychelles ou au contraire payer les frais d’avocat de votre divorce.


Un prêt « flexible »


Il est nécessaire de distinguer le prêt personnel affecté du non affecté. Pour ce dernier, nul besoin de justifier l’usage que vous prévoyez de faire avec l’argent emprunté. Même si, souvent, votre conseiller bancaire ne pourra pas s’empêcher de vous en demander l’usage prévu, la loi ne vous oblige pas à répondre.

Car contrairement à un crédit affecté, la somme empruntée n’est pas liée à un achat précis.


Les seules contraintes et les conditionnalités


Dans le cas d’un prêt personnel, vous allez devoir vous engager à le rembourser selon des modalités précises définies par le contrat de prêt. Dépendant des dispositions de la loi Lagarde, le contrat de prêt personnel doit être impérativement écrit et doit respecter les obligations communes à tous les crédits à la consommation.

Après avoir vérifié que l’emprunteur n’est pas inscrit au Fichier national des incidents de paiement (FICP), le prêteur doit fournir pour signature à son client une fiche d’information précontractuelle, résumant les ressources et les charges de l’emprunteur.

Le contrat lui-même doit comporter un encadré dans l’en-tête reprenant toutes les caractéristiques du prêt :

- type de prêt,

- affecté ou non,

- montant du prêt et des échéances,

- durée des remboursements.

Doivent également y figurer en caractères bien lisibles, le taux nominal du prêt personnel et le TAEG (le taux annuel effectif global), qui intègre non seulement le taux d’emprunt, mais aussi tous les frais annexes, comme les frais de dossier et accessoires.

Vient ensuite le coût total de crédit, correspondant à la somme de toutes les mensualités, diminuée du montant du capital emprunté. Généralement, un coupon de rétractation est inclus au contrat pour donner à l’emprunteur la possibilité de revenir sur sa décision sous 14 jours calendaires, depuis la loi Scrivener. Vous pourrez alors renoncer à votre crédit sans frais ni justificatifs.

Le prêt personnel étant un prêt amortissable, les échéances sont constantes et intègrent le remboursement d’une part du capital emprunté et des intérêts. La durée du prêt peut varier de 3 mois à 7 ans et fait l’objet d’un plan d’amortissement, précisant pour chaque date de remboursement, le montant de l’échéance, sa décomposition en intérêts versés et capital remboursé, et la part de capital restant dû.


Les éléments à surveiller pour un prêt avantageux


Le taux d’intérêt


Comme dans toute affaire de crédit, le taux d’intérêt est sans aucun doute l’élément le plus important à comparer avant de choisir l’offre. D’ailleurs, Meilleurtaux.com propose un comparateur de crédit conso permettant de faire le tour des organismes de crédit en moins de 5 minutes. Lors de votre comparatif, ne vous arrêtez pas au taux promotionnel affiché sur une publicité, mais intéressez-vous plutôt au TAEG qui inclut tous les frais annexes.

À ce propos, l’assurance emprunteur n’étant pas obligatoire, elle n’est pas incluse dans le TAEG, sauf indication spéciale. Même si la souscription d’un contrat d’assurance décès-invalidité est conseillée lors d’un emprunt important, rien ne vous oblige à le signer auprès de l’organisme prêteur. Là aussi, faire jouer la concurrence peut vous faire économiser quelques euros.


Les modalités de remboursement anticipé


Depuis sa mise en application en 2011, la loi Lagarde précise les conditions du remboursement anticipé de tous les nouveaux contrats de prêt personnel. En dessous de 10 000 € remboursés par anticipation et par an, aucune pénalité ne pourra être réclamée par le prêteur. Au-delà de ce montant, l’organisme prêteur pourra exiger une indemnité compensant le manque à gagner des intérêts non facturés. Elle ne devra pas dépasser 0,5 ou 1 % du montant remboursé, selon la durée restante du prêt.

En effectuant ce remboursement anticipé, vous devrez choisir entre conserver la durée du prêt, mais réduire le montant des échéances, ou bien conserver le montant des échéances et diminuer la durée du prêt. Dans tous les cas, gardez à l’esprit qu’il est conseillé de profiter d’une rentrée d’argent inattendue pour réduire son endettement, d’autant qu’avec les taux pratiqués dans certains placements de nos jours, comme le livret A, vous y gagnerez en remboursant par anticipation votre prêt personnel.


En conclusion, le prêt personnel constitue un moyen relativement facile d’obtenir de l’argent pour un projet personnel, et il vous coûtera nettement moins cher qu’un découvert bancaire ou un crédit renouvelable.