Comment calculer le coût d'un rachat de crédit à la consommation ?

Votre Projet
  • Trésorerie
    Trésorerie
  • Véhicule neuf
    Véhicule neuf
  • Véhicule d'occasion
    Véhicule d'occasion
  • Rachat de crédits
    Rachat de crédits
  • Travaux et amélioration de l'habitat
    Travaux et amélioration de l'habitat
  • Autre projet
    Autre projet
Votre Projet
Montant souhaité
  1. Calcul cout rachat de credit consommation

Avant de lancer un regroupement ou un rachat de crédits à la consommation, il est important d’en calculer le coût. Pour cela, il faut tenir compte des frais obligatoires liés au rachat et des coûts annexes, parfois moins visibles dans les conditions de crédit. Voici la marche à suivre pour calculer le coût global du rachat de crédit.

 

Le poids des indemnités de remboursement anticipé (IRA)


Pour déterminer le montant total nécessaire au rachat ou regroupement de crédit, il faut inclure les indemnités de remboursement anticipé prévues dans le contrat de prêt initial. Contrairement aux emprunts immobiliers pour lesquels les IRA représentent fréquemment 3% du capital restant dû, les crédits à la consommation ont souvent des conditions plus favorables.

Dans la plupart des cas, le contrat prévoit un taux d'IRA de l'ordre de 0,5 % ou 1% du capital restant dû au jour de l'opération. A noter : le Code de la consommation (art. R 312-2) plafonne à 3% ces indemnités.

Incluses dans le contrat de crédit, les indemnités de remboursement anticipé sont difficilement négociables. Néanmoins, certaines situations sont plus favorables pour obtenir des réductions d'IRA, notamment lorsque le regroupement de crédits à la consommation s'effectue au sein du même établissement financier que précédemment.

 

Qui dit rachat de crédit dit… frais de dossier


Dans l'immense majorité des cas, un rachat de crédit entraîne le paiement obligatoire de frais de dossier. Mais ce coût n'intervient que lorsque l'opération est effectivement réalisée. Concrètement, cela signifie que les frais de dossier ne sont pas à payer lors de l'étude de faisabilité d'un regroupement ou rachat de crédit. Cette simple demande de renseignements est gratuite, même auprès d'un courtier. En cas de refus de l'opération de rachat, aucun frais n'est donc à régler. C'est la signature de l'offre de rachat de crédit qui déclenche les frais de dossier.

 

Négocier les frais de dossier, c’est possible !


Il est possible – et même conseillé - de négocier en amont le niveau des frais. En règle générale, il faut compter environ 1 % du montant du rachat en frais de dossier. Mais ce niveau est bien entendu négociable. Tout dépend alors de la qualité du dossier de l'emprunteur, de ses capacités de négociation et de la bonne volonté de l'établissement de crédit de faire un geste commercial. Il est alors possible d'obtenir une réduction significative des frais de dossiers, notamment en cas de regroupement de crédits à la consommation.

Lorsque l'emprunteur est capable de faire valoir une relation commerciale de premier ordre, une ouverture de compte courant voire même la domiciliation des revenus de son foyer, il n'est pas rare de voir l'établissement de crédit annuler complètement les frais de dossier. Dans ce cas, faire jouer la concurrence – en ligne ou en agence - et comparer plusieurs offres de rachat joue un rôle essentiel.

 

Tenir compte des coûts d'assurance dans le calcul global


Lors de la réalisation d'une opération de rachat de crédit à la consommation, la souscription d'une assurance décès – invalidité est obligatoire dans la plupart des cas. Il en est de même lors d'un regroupement de crédit. Ces cotisations sont souvent négligées lors du calcul du coût du rachat, mais ce sont bel et bien des frais supplémentaires à prendre en compte.

L'emprunteur peut se couvrir contre les risques d'invalidité, de décès et d'incapacité temporaire de travail. Selon les contrats d'assurance, selon les conditions d'indemnisation et les niveaux de couverture, les coûts peuvent varier énormément. Il est donc essentiel de comparer ces éléments attentivement, afin d'être sûr que deux offres concurrentes sont bien comparables.

Autre élément de l'assurance décès-invalidité à prendre en compte dans le coût du rachat de crédit : la base de calcul des cotisations. Celles-ci peuvent être calculées en fonction du montant initial du crédit ou en fonction du capital restant dû après chaque mensualité. Dans un cas ou dans l'autre, un taux de cotisation identique en apparence ne donnera pas du tout les mêmes cotisations mensuelles !

 

Place à la mise en concurrence !


Une fois que l'emprunteur s'est assuré que deux offres concurrentes ont été établies sur des bases comparables, il peut négocier les taux proposés par les compagnies. En matière d'assurance, chaque situation est unique, mais les offres n'en restent pas moins négociables. Dans la plupart des cas, les taux offerts s'échelonnent entre 0,2% et 0,7% pour assurer un rachat de crédit à la consommation.