Comment calculer le coût d'un rachat de crédit à la consommation ?

Avant de lancer un regroupement ou un rachat de crédit à la consommation ou immobilier, il est important d’en calculer le coût. Pour cela, il faut tenir compte des frais obligatoires liés au rachat et des coûts annexes, parfois moins visibles dans les conditions de crédit. Voici la marche à suivre pour calculer le coût global du rachat de crédit.


Plusieurs types de frais de rachat de crédit


Les frais de rachat de crédit appliqués par la banque peuvent être de nature diverse. Globalement, un regroupement de crédits à la consommation ou immobilier peut s’accompagner de frais bancaires tels que des indemnités de remboursement anticipé et des frais de dossier, sans oublier le coût de l’assurance. Des frais s’appliqueront aussi si l’emprunteur fait un prêt avec garantie hypothécaire. Par contre, si une caution est apportée comme garantie, tout dépend du garant choisi… Plus de détails à suivre sur l’ensemble de ces frais bancaires.

Le poids des indemnités de remboursement anticipé (IRA)

Pour déterminer le montant total nécessaire au rachat ou au regroupement de crédits, il faut inclure les indemnités de remboursement anticipé prévues dans le contrat de prêt initial. La banque rachetant les crédits va en effet solder le capital restant dû auprès de chaque créancier. Or, pour ces derniers, cela représente un manque à gagner. Celui-ci est alors compensé par les fameuses indemnités de remboursement anticipé. Contrairement aux emprunts immobiliers pour lesquels les IRA représentent fréquemment 3 % du capital restant dû, les crédits à la consommation ont souvent des conditions plus favorables.

Dans la plupart des cas, le contrat prévoit un taux d’IRA de l’ordre de 0,5 % ou 1 % du capital restant dû au jour de l’opération. À noter : le Code de la consommation (art. R 312-2) plafonne à 3 % ces indemnités.

Incluses dans le contrat de crédit, les indemnités de remboursement anticipé sont difficilement négociables. Néanmoins, certaines situations sont plus favorables pour obtenir des réductions d’IRA, notamment lorsque le regroupement de crédits à la consommation s’effectue au sein du même établissement financier que précédemment.

Bon à savoir : les indemnités de remboursement anticipé, ce n’est pas automatique !
Certains organismes de crédit n’appliquent pas d’indemnités de remboursement anticipé. Chez Younited Credit, plateforme spécialisée dans le prêt et le rachat de crédits entre particuliers, elles sont inexistantes, quel que soit le capital emprunté. Par ailleurs, aucune indemnité ne pourra être réclamée par la banque pour des crédits renouvelables, des crédits à la consommation souscrits avant le 1er mai 2011 (loi Lagarde), des découverts bancaires autorisés, ou lorsque le rachat est effectué durant une période où le taux d’emprunt varie.

Qui dit rachat de crédit dit… frais de dossier

Dans l’immense majorité des cas, un rachat de crédit entraîne le paiement obligatoire de frais de dossier. Mais ce coût n’intervient que lorsque l’opération est effectivement réalisée. Concrètement, cela signifie que les frais de dossier ne sont pas à payer lors de l’étude de faisabilité d’un regroupement ou rachat de crédit. Cette simple demande de renseignements est gratuite, même auprès d’un courtier. En cas de refus de l’opération de rachat, aucuns frais ne sont donc à régler. C’est la signature de l’offre de rachat de crédit qui déclenche les frais de dossier.

Tenir compte des coûts d’assurance dans le calcul global

Lors de la réalisation d’une opération de rachat de crédit à la consommation, la souscription d’une assurance décès-invalidité est obligatoire dans la plupart des cas. Il en est de même lors d’un regroupement de crédits. Ces cotisations sont souvent négligées lors du calcul du coût du rachat, mais ce sont bel et bien des frais supplémentaires à prendre en compte.

L’emprunteur peut se couvrir contre les risques d’invalidité, de décès et d’incapacité temporaire de travail. Selon les contrats d’assurance, selon les conditions d’indemnisation et les niveaux de couverture, les coûts peuvent varier énormément. Il est donc essentiel de comparer ces éléments attentivement, afin d’être sûr que deux offres concurrentes sont bien comparables.

Autre élément de l’assurance décès-invalidité à prendre en compte dans le coût du rachat de crédit : la base de calcul des cotisations. Celles-ci peuvent être calculées en fonction du montant initial du crédit ou en fonction du capital restant dû après chaque mensualité. Dans un cas ou dans l’autre, un taux de cotisation identique en apparence ne donnera pas du tout les mêmes cotisations mensuelles !


Conseil : pour revoir le taux et les mensualités à la baisse, levez l’option de délégation d’assurance
La délégation d’assurance permet à l’emprunteur de contracter une assurance auprès d’un établissement autre que celui rachetant les crédits. Cette démarche est possible dans le cadre d’un rachat de crédit à la consommation comme immobilier. Seul impératif : prendre un niveau de garantie équivalent à celui imposé par la banque ou l’organisme de crédit.

Garantie hypothécaire et cautionnement : d’autres frais à ne pas négliger

Pour un rachat de crédit immobilier, la banque exige bien souvent une garantie pour s’assurer du remboursement du prêt au cas où l’emprunteur viendrait à défaillir. Outre l’assurance-vie et autre placement, qui n’impliquent pas de frais, l’emprunteur peut garantir son prêt via :

  • l’hypothèque de son bien immobilier (on parle alors de rachat de crédit hypothécaire) ;
  • la caution.

Une hypothèque implique nécessairement l’intervention d’un notaire. Les frais d’un rachat de crédit hypothécaire seront intégrés dans le montant total de l’opération. Ils incluent les émoluments, débours et honoraires du notaire, les droits et taxes ainsi que la TVA. Le montant de ces frais dépend notamment de l’emplacement et du type de bien immobilier. Mais le taux qui s’applique généralement sur le montant total du prêt tourne aux alentours de 3 %.

Si l’emprunteur choisit la caution comme garantie, il ne supportera aucune charge si le garant est un tiers (membre de la famille, ami…). En revanche, s’il fait appel à un organisme de cautionnement, la donne change ! L’emprunteur devra verser une cotisation au Fonds Mutuel de Garantie (FMG) et payer une commission. La cotisation lui sera restituée au terme du prêt. Quant au taux appliqué sur le montant total du prêt, il oscille entre 2 et 3 % selon les organismes.


Négocier les frais de dossier, c’est possible !


Il est possible — et même conseillé — de négocier en amont le niveau des frais. En règle générale, il faut compter environ 1 % du montant du rachat en frais de dossier. Mais ce niveau est bien entendu négociable. Tout dépend alors de la qualité du dossier de l’emprunteur, de ses capacités de négociation et de la bonne volonté de l’établissement de crédit à faire un geste commercial. Il est alors possible d’obtenir une réduction significative des frais de dossiers, notamment en cas de regroupement de crédits à la consommation.

Lorsque l’emprunteur est capable de faire valoir une relation commerciale de premier ordre, une ouverture de compte courant, voire même la domiciliation des revenus de son foyer, il n’est pas rare de voir l’établissement de crédit annuler complètement les frais de dossier. Dans ce cas, faire jouer la concurrence — en ligne ou en agence — et comparer plusieurs offres de rachat joue un rôle essentiel.


Place à la mise en concurrence !


Une fois que l’emprunteur s’est assuré que deux offres concurrentes ont été établies sur des bases comparables, il peut négocier les taux proposés par les compagnies. En matière d’assurance, chaque situation est unique, mais les offres n’en restent pas moins négociables. Dans la plupart des cas, selon que la banque se base sur le capital initial ou sur le capital restant dû au fur et à mesure du remboursement des mensualités, le taux d’assurance varie en moyenne entre 0,2 % et 0,7 % pour un rachat de crédit à la consommation.

Au total, les frais de rachat de crédit supportés par l’emprunteur peuvent représenter un montant colossal. Pour revoir à la fois vos mensualités, votre taux d’emprunt et vos frais bancaires drastiquement à la baisse, choisissez de regrouper vos crédits chez Younited Credit ! Grâce au prêt personnel amortissable à taux fixe — le seul crédit à la consommation que nous distribuons —, vous avez la garantie de mensualités constantes tout au long de la durée du remboursement. En prime, aucuns frais cachés ne s’immiscent dans nos offres, et comme évoqué, le remboursement anticipé est gratuit, qu’importe le capital en jeu. Pour obtenir une estimation du montant total de votre rachat de prêt, n’attendez plus : effectuez une simulation gratuite en haut de page !


Les points-clés à retenir sur les frais de rachat de crédit

  • Entrent en jeu 3 principaux types de frais bancaires : les indemnités de remboursement anticipé, les frais de dossier et le coût de l’assurance.
  • Des frais s’ajoutent systématiquement sur l’hypothèque, et pour le cautionnement, uniquement si l’emprunteur a recours à un organisme spécialisé en la matière.
  • Ne pas hésiter à négocier les frais de dossier, et surtout, faire jouer la concurrence.