Rachat de crédit et chômage : est-ce possible ?

Votre Projet
  • Trésorerie
    Trésorerie
  • Véhicule neuf
    Véhicule neuf
  • Véhicule d'occasion
    Véhicule d'occasion
  • Rachat de crédits
    Rachat de crédits
  • Travaux et amélioration de l'habitat
    Travaux et amélioration de l'habitat
  • Autre projet
    Autre projet
Votre Projet
Montant souhaité

Élaborer une demande de rachat de crédit en demandeur d’emploi n’est pas évident, mais constitue néanmoins une solution salvatrice pour rééquilibrer son budget. Le point sur les possibilités de rachat de crédit et chômage.

 

L’intérêt d’un rachat de crédit

 

Pourquoi demander un rachat de crédit lorsqu’on est sans emploi ? Lorsque le demandeur a obtenu son crédit immobilier et son crédit auto, par exemple, il bénéficiait de revenus réguliers. La perte d’emploi ne permet plus d’assurer le remboursement des crédits contractés pendant la situation antérieure. Aussi, un rachat de crédit permet de regrouper l’ensemble de ces crédits avec un but : réduire les mensualités.

Cet objectif ne peut être atteint qu’en allongeant la durée de remboursement globale du ou des crédits. Certes, sur le long terme, cette solution n’est pas nécessairement avantageuse, car le taux d’intérêt pourrait être moins compétitif.

Cependant, si les crédits ont été contractés depuis plusieurs années, la chute des taux d’intérêt pourrait compenser cet effet. Au final, l’avantage réside surtout dans le fait de pouvoir limiter ses mensualités. C’est pourquoi le rachat de crédit pour chômeur est très intéressant.

 

Le point de vue de la banque

 

Si le rachat de crédit et chômage semble être une excellente solution pour les emprunteurs, la banque ne le voit pas toujours du même œil. En théorie, elle approuve l’idée de limiter les mensualités, mais ne sera, dans la pratique, pas toujours prête à suivre les emprunteurs dont les revenus ont significativement baissé. Il faut savoir que les allocations chômage ne sont pas prises en compte dans les revenus au moment de calculer le taux d’endettement.

La banque sera donc susceptible d’accorder un rachat de crédit à un demandeur d’emploi que si le co-emprunteur de la personne sans emploi bénéficie d’un emploi stable avec des revenus suffisants pour ne pas dépasser le taux d’endettement de 33 %.

 

Les solutions alternatives

 

En cas de perte d’emploi, il existe une alternative au rachat de crédit et chômage : le report d’échéances. Si cette option est incluse dans le contrat de prêt, l’emprunteur peut solliciter ce report afin d’interrompre le remboursement des mensualités pendant plusieurs mois, le temps de retrouver un emploi.

Le rachat de crédit en demandeur d’emploi est également envisageable dans le cas où l’emprunteur est propriétaire immobilier et accepte d’hypothéquer son logement. La banque dispose alors d’une garantie si l’emprunteur ne respecte pas ses engagements.