Consommation collaborative : un marché en pleine expansion

Votre Projet
  • Trésorerie
    Trésorerie
  • Véhicule neuf
    Véhicule neuf
  • Véhicule d'occasion
    Véhicule d'occasion
  • Rachat de crédits
    Rachat de crédits
  • Travaux et amélioration de l'habitat
    Travaux et amélioration de l'habitat
  • Autre projet
    Autre projet
Votre Projet
Montant souhaité
  1. Consommation collaborative croissance

En France et dans le monde, la consommation collaborative a le vent en poupe. Ce modèle fait prédominer l’usage sur la propriété : on partage, loue, vend ou échange un bien ou un service. Cela permet d’en optimiser l’utilisation. Avec Internet, cette tendance s’est beaucoup développée, aussi bien pour le matériel (revente d’équipement, location de voiture, etc.) que pour le financier, à l’image des prêts entre particuliers.

QU’EST-CE QUE LA CONSOMMATION COLLABORATIVE ?

 

La consommation collaborative permet d’utiliser de la manière la plus efficace qui soit un objet ou un service. Au lieu de se déplacer seul de Paris à Marseille dans sa voiture, le particulier va opter pour le covoiturage : il s’engage à effectuer le trajet avec d’autres personnes. En échange, ces personnes lui paieront le prix du voyage (essence, péages). Ce système fonctionne aussi bien pour des services ponctuels comme le covoiturage que pour le rachat d’équipement. Aujourd’hui, certains sites proposent aussi de troquer, d’échanger, voire de donner des objets dont les visiteurs n’ont plus l’usage. Ce système permet de ne pas « gâcher » et de participer au développement durable. En France, près de la moitié des consommateurs ont eu recours à l’économie collaborative en 2014.

 

LES GRANDS ACTEURS DE LA CONSOMMATION COLLABORATIVE

 

De nombreuses entreprises ont fait de l’économie collaborative leur fonds de commerce. On peut regrouper ces acteurs dans différentes catégories :

• Le rachat d’occasion : lorsqu’un particulier n’utilise plus un objet ou un équipement, il peut le revendre sur une plateforme dédiée (eBay, Price Minister, LeBonCoin, etc.).

• La location d’hébergement : de nombreux sites proposent de louer un appartement à des particuliers sans passer par une agence (Airbnb, Abritel, Homelidays, etc.). Le délai de location peut aller du simple week-end à l’installation longue durée.

• L’autopartage ou covoiturage qui consiste à partager la voiture d’un particulier pour un trajet défini (BlaBlaCar). Dans certains cas, les particuliers louent également leur véhicule (Drivy, Koolicar, etc.).

• Le crédit collaboratif : entre particuliers, le prêt d’argent revient beaucoup moins cher que lorsqu’il s’agit d’un crédit contracté auprès d’une banque ou d’un organisme financier (Younited Credit).

• Le recrutement en ligne : des sites louent les services de particuliers (déménagement, jardinage…) moyennant une rétribution plus ou moins élevée (AlloVoisins, Jemepropose, etc.).

 

LES CHIFFRES DE LA CONSOMMATION COLLABORATIVE

 

Selon le cabinet PwC, le marché mondial de l’économie collaborative devrait atteindre près de 335 milliards de dollars d’ici à 2025. En 2014, il était de 15 milliards de dollars. Ce marché est donc en pleine expansion. Aujourd’hui, l’économie collaborative englobe de nombreuses entreprises, de la startup à la multinationale.

• La finance collaborative est le secteur qui devrait croître le plus rapidement dans les années à venir: +63% de croissance annuelle.

• Le recrutement en ligne devrait également bondir de 37 % annuellement.

• Le logement et l’autopartage devraient respectivement croître de 31 % et 23 %.

• La location de biens d’équipement connaîtra une hausse plus modeste : 5 %.

 

LES CLÉS DU SUCCÈS DE LA CONSOMMATION COLLABORATIVE

 

Si le secteur de la consommation collaborative est en hausse, c’est parce qu’il allie plusieurs atouts. En premier lieu, des prix attractifs : un trajet en covoiturage coûtera parfois moitié moins cher qu’un voyage en train ou en avion. La répartition des dépenses permet d’amortir les coûts. Par ailleurs, à l’heure où les défis environnementaux se multiplient, la réutilisation d’objets s’inscrit dans le processus de développement durable. En vendant un objet déjà utilisé, le particulier limite les déchets. C’est aussi une façon pour les particuliers d’arrondir leurs fins de mois en créant de la valeur, même si les sommes rapportées par la revente d’objets utilisés sont très variables. Enfin, ce système est vu comme solidaire : il y a un échange de bons procédés entre celui qui vend et celui qui achète. Tous deux sont gagnants.

 

YOUNITED CREDIT, PIONNIER DU CRÉDIT COLLABORATIF

 

Younited Credit s’inscrit dans le principe d’économie participative en offrant aux particuliers un crédit à la consommation pour un coût modéré. La plateforme met en relation des particuliers ayant des besoins de financement et des investisseurs. Ces derniers ouvrent un compte sur le site et l’alimentent via des virements bancaires. Les particuliers qui empruntent peuvent, eux, faire une demande de crédit en ligne.