Tour du monde : les formalités avant le départ

Votre Projet
  • Trésorerie
    Trésorerie
  • Véhicule neuf
    Véhicule neuf
  • Véhicule d'occasion
    Véhicule d'occasion
  • Rachat de crédits
    Rachat de crédits
  • Travaux et amélioration de l'habitat
    Travaux et amélioration de l'habitat
  • Autre projet
    Autre projet
Votre Projet
Montant souhaité
Tour du monde : quitter son emploi avant de partir

Tour du monde : quitter son emploi avant de partir

Partir à travers le globe et rencontrer de nouvelles civilisations l’esprit libre, oui mais après ?

Sans être rabat-joie, il est important de se poser la question du retour et d’anticiper les éventuels obstacles du retour à la réalité. Tout plaquer à malgré tout un prix, sans doute le prix de la liberté.

Tout d’abord, il faut savoir évaluer votre capacité à vous remettre au travail dans un cadre sédentaire.  Pas facile en effet de retrouver un rythme métro-boulot-dodo après un an d’escapade de l’Argentine au Cambodge en passant par l’Afrique du Sud. Essayez de garder un pied dans la réalité et de bien garder en tête que ce formidable voyage aura une fin. Vous éviterez ainsi les gros coups de blues du retour et vous réaccoutumerez mieux à la vie active.

Ensuite en vient la question principale : démissionner ou prendre un congé sabbatique.

Le congé  sabbatique, bien que difficile à négocier et potentiellement mal perçu par votre employeur présente l’avantage certain de retrouver votre travail (et votre salaire !) au retour de votre tour du monde. Vous devrez informer votre employeur de votre retour par lettre recommandée avec accusé de réception 3 mois avant. Attention, votre employeur guettera sûrement vos performances à votre retour de congé donc sachez vous replonger dans le travail avec efficacité.  

Vous pouvez sinon tout plaquer et poser votre démission. Attention, à votre retour, vous toucherez le RMI mais perdrez également 1 an d’ancienneté pour votre retraite. De plus, vous devrez trouver un autre emploi sachant que vos finances seront sûrement moins confortables qu’avant votre départ.

Dans tous les cas, pensez que malheureusement toutes les bonnes choses ont une fin mais que bien que sédentaire à votre retour, vous aurez encore de belles choses à découvrir. Sachez valoriser votre expérience auprès de votre employeur et prouvez-lui que vous avez un grand sens de l’aventure, un goût prononcé pour la découverte ou encore des capacités d’adaptation hors du commun.