Souscrire un crédit sans être en CDI

Avoir un CDI (contrat de travail à durée indéterminée) n’est pas une condition sine qua non pour obtenir un prêt. Emprunter lorsque l’on est en CDD (contrat de travail à durée déterminée), en intérim ou même sans emploi est tout à fait possible. Concrètement, comment décrocher un crédit sans CDI ? Younited Credit, spécialiste du crédit amortissable entre particuliers, vous renseigne sur la question.


Premier cas de figure : emprunter en CDD


Bien souvent, le contrat de travail à durée déterminée est signe de situation précaire pour les banques et organismes de crédit. Ces derniers tendent néanmoins à s’adapter à ce type de contrat, en hausse depuis plusieurs années. C’est ainsi que certains font du crédit sans CDI leur spécialité !

Le crédit immobilier nécessite de justifier d’un emploi en CDD depuis deux ans minimum sans interruption. Cela peut notamment être le cas lorsque l’emprunteur est embauché en CDD senior ou en CDD à objet défini (36 mois maximum pour ces deux types de contrats). Autre exigence : vous devrez emprunter à deux, avec une personne qui est en CDI. Dans le dossier de prêt, seront alors pris en compte, selon la décision de la banque :

  • soit uniquement les revenus de la personne en CDI ;
  • soit à la fois les revenus de la personne en CDD et ceux de la personne en CDI.


À noter : tous les contrats de travail à durée déterminée ne se valent pas
Un emprunteur en CDD exerçant par exemple dans la fonction publique dispose d’une certaine sécurité de l’emploi : une situation qui lui permettra d’obtenir un crédit immobilier sans difficulté, car la banque assimile ce type de contrat à un CDI. Parfois, une offre spécifique pourra même être proposée à l’emprunteur, avec des garanties et un taux plus avantageux.

Le crédit à la consommation reste quant à lui plus abordable pour l’emprunteur en CDD. Simplement, le taux d’emprunt sera le plus souvent un peu plus élevé que s’il était en CDI, ceci, en raison du risque jugé plus important par la banque. Par ailleurs, la durée de remboursement sera adaptée à celle du contrat de travail à durée déterminée. L’emprunteur évitera ainsi de se retrouver dans une situation financière difficile une fois que son contrat de travail prendra fin.

Les crédits à la consommation auxquels un emprunteur en CDD peut prétendre sont les suivants :

  • le prêt personnel : il peut être utilisé à loisir par l’emprunteur pour financer un bien de consommation ou un service (mobilier, appareil électroménager, mariage, naissance, voyage...). Aucun justificatif d’achat n’est exigé par la banque.
  • le crédit affecté : contrairement au prêt personnel, le crédit affecté est utilisé pour un achat spécifique. Il peut s’agir d’un bien mobilier ou d’une prestation de services. On parle alors, par exemple, de crédit auto, de crédit moto ou encore de crédit travaux.


Second cas de figure : emprunter en intérim


Sans surprise, les banques restent frileuses lorsqu’une demande de crédit sans CDI émane d’un intérimaire. Mais là encore, rien n’est impossible !

D’une manière générale, si l’intérimaire justifie d’au moins deux ans d’activité en continu, il est considéré comme salarié en CDI par la banque. Son dossier a alors toutes les chances d’être accepté. Bien que comme pour le salarié en CDD, le taux d’emprunt sera généralement plus élevé.

Dans le cas contraire, les conditions d’accès aux crédits sont plus rigides. Pour un crédit immobilier, l’intérimaire devra notamment :

  • justifier d’au moins 1 600 heures d’ancienneté en tant qu’intérimaire ;
  • avoir une mission au moment où il demande son crédit.

Qu’il soit dans une situation comme dans l’autre (plus ou moins deux années d’activité en continu), mieux vaut qu’il ait, en plus, un bon apport personnel. Cela ne peut que pencher en sa faveur.
En revanche, un intérimaire aura plus facilement accès à un crédit à la consommation. Pour un prêt personnel comme pour un crédit affecté de type auto, il devra :

  • justifier d’au moins 600 heures de mission d’intérim sur les 12 derniers mois ;
  • être en mission au moment de la demande de crédit.


Bon à savoir : en tant qu’intérimaire, vous pouvez bénéficier des aides du FASTT
Le FASTT (Fonds d’action sociale du travail temporaire) est une association à but non lucratif. Il intervient auprès des intérimaires, notamment en leur facilitant l’accès au crédit à la consommation, au crédit immobilier et au crédit travaux. D’autres aides sont proposées : complémentaire santé (mutuelle intérim), aides au logement (logement intérim), aides à l’accession à la propriété, aides financières pour la scolarité et les vacances des enfants.


Troisième et dernier cas de figure : emprunter lorsque l’on est sans emploi


Qu’en est-il du prêt sans CDI lorsque l’on est sans emploi ? Contre toute attente, même en situation de chômage, il est possible d’emprunter. L’emprunteur devra toutefois apporter des garanties plus importantes à la banque. Pour appuyer son dossier, deux solutions s’offrent à lui.

1 — La caution
Faute de preuves de sa solvabilité, une première possibilité consiste à prendre une caution. Encore appelée garant, il s’agit d’une personne qui s’engage à payer les mensualités de l’emprunteur à sa place si ce dernier n’est plus en mesure d’y faire face. On parle alors de garantie personnelle. Bien entendu, cette personne devra avoir des revenus suffisamment élevés pour pouvoir supporter son crédit, le cas échéant.

2 — La sureté réelle
La sureté réelle consiste, pour la banque, à prendre comme garantie un bien dont la valeur est au moins égale au montant du crédit. Si l’emprunteur ne peut plus rembourser son prêt, la banque peut alors saisir le bien en question. Celui-ci sera revendu aux enchères afin de couvrir la dette de l’emprunteur. La valeur du bien apporté en garantie sera nécessairement estimée par un expert de la banque. La sureté réelle est particulièrement intéressante en cas de crédit affecté (crédit auto, notamment). Dans ce cas, la banque prend pour garantie le bien financé.

Si l’emprunteur ne dispose d’aucune garantie ou voit malgré tout son dossier refusé, d’autres voies de recours existent. Ci-dessous, en voici un aperçu.

Les crédits de la CAF
La Caisse d’allocations familiales propose des aides et des solutions de crédits à taux réduit aux personnes se trouvant dans une situation financière difficile, personnes sans emploi incluses. Ces crédits restent soumis à conditions. D’une manière générale, l’emprunteur doit :

  • avoir des ressources faibles : le quotient familial doit être inférieur à un certain montant ;
  • avoir au moins un enfant à charge ;
  • pouvoir financer une partie de son projet, dans certains cas ;
  • être déjà allocataire pour obtenir certaines aides.

Cela étant, les conditions d’obtention des crédits et leurs montants varient d’un organisme à l’autre. Mieux vaut vous renseigner auprès de la CAF dont vous dépendez.

Parmi les crédits offerts par la CAF :

  • le prêt d’honneur : la personne souhaitant emprunter doit tout d’abord s’adresser à un travailleur social. Ce dernier l’aidera à regrouper les pièces nécessaires au dossier de crédit. Il se chargera ensuite de le soumettre à la CAF ;
  • le prêt mobilier : il permet à la personne sans emploi de faire l’acquisition de mobilier ou d’appareils électroménagers afin de vivre dans des conditions décentes ;
  • mais aussi les bons vacances, le secours exceptionnel, l’aide au temps libre, l’aide au paiement du loyer, le prêt préventif...

Le microcrédit personnel
Un travailleur social se chargera ici de soumettre le dossier de crédit à une banque. Fréquemment utilisé pour l’achat ou la réparation d’une auto, le microcrédit peut aussi servir à financer une formation professionnelle, un permis de conduire, des soins de santé mal remboursés ou encore des biens de consommation. Le taux est fixé par la banque et les sommes prêtées varient en fonction des revenus de l’emprunteur. Elles ne peuvent toutefois excéder 5 000 €.

À noter : je suis dans une autre situation
Vous n’êtes dans aucun des cas de figure susmentionnés (ni en CDD, ni intérimaire, ni sans emploi) ? Peut-être êtes-vous intermittent du spectacle, micro-entrepreneur ou encore travailleur libéral ? La banque se basera alors en priorité sur vos derniers exercices fiscaux. Votre dossier aura bien entendu plus de chances d’être accepté si vos revenus affichent une certaine stabilité.


Puis-je faire un rachat de crédit sans CDI ?


Cette solution financière consiste à regrouper plusieurs crédits en cours en un seul, avec un taux d’emprunt préférentiel. Il peut d’agir de réunir :

  • un prêt immobilier et un ou plusieurs crédit(s) à la consommation : c’est le rachat de crédit hypothécaire ;
  • ou bien des crédits à la consommation seulement : c’est le rachat de crédit à la consommation.


Faire un rachat de crédit sans être en CDI est envisageable dans certains cas. Si le taux d’emprunt est négocié, la durée de remboursement est quant à elle revue à la hausse. Ceci implique un risque majoré pour la banque. Avant de racheter les crédits de l’emprunteur, elle exigera donc certaines garanties. Cela passe par notamment par le fait d’avoir :

  • un co-emprunteur en CDI ;
  • et/ou une situation professionnelle amenée à évoluer : une promesse d’embauche, encore appelée offre de contrat de travail (en CDD comme en CDI), est un réel plus dans un dossier de rachat de crédit.


Crédit sans CDI et rachat de crédit : pourquoi choisir Younited Credit ?


Younited Credit est la première plateforme de crédit aux particuliers en Europe à disposer d’un agrément d’établissement de crédit auprès de l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution). Dans l’hypothèse d’une demande de crédit sans CDI ou d’un rachat de crédit, nous apportons de nombreuses garanties à l’emprunteur. Parmi celles-ci, retenons :

  • une évaluation précise de sa situation, permettant de juger de sa capacité de remboursement (si le risque est trop élevé, le dossier est refusé pour ne pas mettre en péril son budget) ;
  • une flexibilité dans la durée de remboursement (6 à 84 mois) ;
  • un prix juste et compétitif, sans aucuns frais cachés ;
  • l’absence de report de mensualités (il augmente le taux d’emprunt puisque la durée de remboursement du prêt est allongée).

Être en CDI, en intérim, sans emploi ou dans une situation professionnelle et/ou financière fragile n’est pas une fatalité pour qui souhaite emprunter. À partir du moment où certaines conditions sont remplies, obtenir un crédit sans CDI ne relève pas de l’impossible. Des solutions existent pour chaque profil d’emprunteur. Dans tous les cas, il est vivement recommandé de mettre en parallèle différentes offres. Consacrez quelques minutes pour effectuer une simulation chez Younited Credit. Nos taux sont non seulement compétitifs, mais surtout imbattables jusqu’à 3 000 €. La garantie d’un avenir serein !


Les trois points-clés à retenir sur le crédit sans CDI

  • Toute personne avec un contrat de travail à durée indéterminée, intérimaire ou sans emploi a la possibilité d’emprunter ;
  • Le rachat de crédit à la consommation et le rachat de crédit hypothécaire (prêt immobilier + prêt personnel et/ou crédit affecté, tel que le crédit auto) sont possibles également ;
  • Offre après offre, il faut toujours prendre le temps de comparer.