Financer votre permis de conduire auto, moto, bateau : coûts et solutions

Votre Projet
  • Trésorerie
    Trésorerie
  • Véhicule neuf
    Véhicule neuf
  • Véhicule d'occasion
    Véhicule d'occasion
  • Rachat de crédits
    Rachat de crédits
  • Travaux et amélioration de l'habitat
    Travaux et amélioration de l'habitat
  • Autre projet
    Autre projet
Votre Projet
Montant souhaité

 

credit permis de conduire

Contracter un crédit à la consommation pour financer obtenir son permis de conduire concerne de plus en plus de Français, et ce qu’il s’agisse du permis auto, du permis moto ou du permis bateau. Mais quelles sont les spécificités de ces précieux sésames ? Combien coûtent-ils ? Réponse tout de suite !

LE PERMIS AUTO : SÉSAME INDISPENSABLE

 

Celui que l’on nomme de façon familière « permis auto » est, plus précisément, le « permis B ». Il s’obtient après une double formation, théorique et pratique. La formation théorique concerne le code de la route. Pour la suivre, il est le plus souvent nécessaire de s’inscrire dans une auto-école — même s’il est possible de passer l’examen en candidat libre. Récemment réformé, l’examen du code de la route comporte 40 questions. Pour être réussi, il faut obtenir au moins 35 bonnes réponses. La formation pratique se suit également en auto-école. Elle comporte en général 20 heures de conduite, sur circuit puis sur route, en conditions réelles de circulation. Mais un nombre plus important d’heures peut être nécessaire avant de passer l’examen ! Celui-ci comporte une partie en voiture, et quelques questions théoriques posées par l’examinateur. C’est ce dernier qui juge, selon certains critères, l’aptitude du candidat à recevoir le précieux sésame.

En moyenne, en France, le coût du permis de conduire se situe à 1 665 euros, selon l’association Prévention routière. Attention cependant : repasser devant l’examinateur suite à un échec coûte environ 500 euros. Pour rendre ce coût plus supportable, notez qu’il est possible de contracter un prêt auto. Une respiration budgétaire bienvenue ! Car le permis B est souvent indispensable pour entrer sur le marché du travail, ou tout simplement dans la vie quotidienne, notamment dans les villes moyennes et les zones rurales. D’autres modes de financement complémentaires du permis de conduire existent :

• le permis à un euro par jour, financé par une banque et réservé aux moins de 25 ans ;

• le financement par le Pôle emploi ;

• les Bourses au permis de conduire, accordées par certaines collectivités en échange d’heures d’activités d’intérêt collectif.

 

LE PERMIS MOTO : PRÉALABLE AUX PLAISIRS DE L’ASPHALTE

 

Le permis moto est administrativement connu sous l’appellation « permis A ». Tout comme le permis auto, il est nécessaire pour l’obtenir d’avoir réussi à l’examen du code de la route. Attention cependant : si vous l’avez passé il y a plus de cinq ans, il va falloir le repasser ! Ensuite, la loi demande aux apprentis motards de suivre une formation pratique de 20 heures au minimum. Cela se fait en moto-école : au moins 8 heures en « plateau », et 12 heures en conditions de circulation normales. A noter : certaines moto-écoles ont la possibilité de proposer des stages intensifs, sur une semaine, pour passer l’examen du permis moto en quelques jours. La pratique est cependant déconseillée aux « vrais » débutants, et à réserver à ceux qui ont déjà une bonne expérience de la conduite en 2 roues (scooter et autres 125 cm3). D’autant que de tels stages entraînent souvent un coût supplémentaire. Combien coûte un permis moto ? La réponse varie selon les régions et le nombre d’heures prises. En moyenne, on estime qu’il faut compter entre 600 et 1000 euros, hors code de la route, pour une vingtaine d’heures. Un crédit à la consommation permet de financer en amont le permis moto et d’étaler son remboursement sur une durée variable.

 

LE PERMIS BATEAU : PRENEZ LE LARGE

 

S’il n’y a qu’un permis auto et qu’un permis moto, il y a trois types de permis bateau :

• le permis côtier, qui permet de naviguer dans les limites de six miles d’un abri, sans restriction de vitesse, de jour comme de nuit ;

• le permis hauturier, qui constitue l’extension du permis côtier, puisqu’il supprime la limite de distance d’un abri ;

• le permis fluvial (ou « permis plaisance en eaux intérieures »), destiné à ceux qui souhaitent naviguer, sur un bateau à la puissance supérieure à six chevaux, sur les rivières, sur les fleuves et sur les lacs.

Les permis bateau s’obtiennent après un passage en bateau-école. Là encore, la formation allie la théorie à la pratique — sauf dans le cas du permis hauturier, dont l’examen consiste en une série de questions. Cas particulier : l’épreuve du permis côtier est ouverte à partir de 16 ans ! En ce qui concerne le coût, il s’avère inférieur aux permis auto et moto. Il est ainsi en moyenne de 300 à 500 euros selon la région où l’on se trouve.